08/09/2015

Simone a eu peur


Simone n'aimait pas Léon
elle était amoureuse d'un hautboïste

Elle-même chanteuse classique, pianiste,
elle aimait cet homme doux,
cet hautboïste, qui l'aimait aussi,  dont j'ignore le nom

Ca se passait à St Quentin
dans les années 1920

Léon a fait un chantage au suicide
c'était un homme plein de colère, d'impétuosité
il la voulait
comme un caprice, comme un gâteau

Simone a eu peur
sa famille a eu peur

Du scandale,
et peut-être aussi qu'il le fasse vraiment
et qu'il meure
peur de se faire remarquer d'une mauvaise façon

On ne sait pas pourquoi c'est arrivé
mais elle a épousé Léon
à contre-coeur
sans envie
sans amour
en se disant que c'était "comme ça",
une sombre fatalité, ce mariage avec ce Léon

Léon est devenu avec le temps ingénieur en chaudronnerie
chez Citroën
ils ont déménagé à Boulogne-Billancourt
près de l'usine

Ensuite, dans les années 50,
Simone a été recrutée pour devenir chef des choeurs à l'Opéra de Paris
par Maître Chevillard
c'était son but, l'Opéra

mais Léon a dit non
trop de travail, trop de déplacements à l'étranger
et puis elle pensait qu'elle avait de grands pieds
et qu'on allait de moquer d'elle,
sur la scène de l'Opéra
avec ses grands pieds

Alors elle n'y est pas allée, à l'Opéra
alors, elle est restée à la Maison de la Radio
à la maîtrise de l'ORTF.

Elle était douce, Simone,
je revois sa tête bouclée
j'entends sa voix qui me chantait "Carmen" dans l'appartement
je la revois m'apprendre la position des doigts sur le piano, son Gaveau
je l'entends dire à ma mère : "cette petite à une voix".

Je la revois nous servir à manger
et regarder ensuite son feuilleton, "Peyton Place",
je l'entends m'appeler son petit pouleau

Et je revois Léon, dans son fauteuil club,
devenu très gros
devenu tendre et gentil avec sa petite-fille
alors qu'il fut brutal avec ses 2 filles
et sa femme, Simone.

Et puis, ils sont morts en 1986.

Elle ne m'a pas appris à chanter,
je ne voulais pas.

Simone

C'est mon deuxième prénom.




















04/09/2015

Même une nuit

Un soir
c'est le dernier soir que tu passes chez toi

Tu ne le sais pas encore
quand tu pars,
mais cette maison, cette organisation de meubles, de linge,
de photos accrochées au mur,
de disques et de livres
non, tu ne la reverras plus

En tout cas
plus jamais comme ça
dans ce lieu là,
avec cette personne là

Un soir, tu te couches

A quoi penses tu ?

Comme à l'habitude,
tu as ouvert les draps et tu t'es couchée dans le lit,
à côté de celui avec qui tu vis

Peut-être as-tu regardé un film à la télé
peut-être as-tu lu dans le canapé
ou peut-être as-tu simplement mis la cuisine en ordre

Tu ne sais pas,
tu ne te souviens pas

Le lendemain, vers les 14 heures
ce samedi de mai
le lendemain
tu es dehors,
avec un sac à l'épaule

Tu es dans la rue
tu marches,
tu es sonnée,
tu marches et tu ne sais pas où tu vas

L'euphorie se mélange à une grande angoisse
une grande solitude
car tu ne sais absolument pas ce que tu vas devenir,
ce que tu vas faire

En attendant,
tu es partie
et tu ne sais pas encore que tu ne reviendras plus jamais
même une nuit,
même une journée,
dans cet endroit où tu as vécu des années.